Sangbleu

SangBleu

2008

Rencontrez Bruno et player: Relaxez-vous avec la fonction navigation android sur votre autoradio.

Vieille France

Sang Bleu is a typographical project, reader. In each issue: images and fonts. Who is interested in typography? Everyone! Typography is a buzz, an urban legend, everyone knows something about it. Sang Bleu is BPfoundry. BPfoundry is vieille France when France, in typography as elsewhere, is modern without being aware of it anymore. Henry Poincaré, Pierre Bézier, the DS 19, Rance tidal power station, Saclay nuclear power station. Think about French synchrony in the Fifties: Adrian Frutiger’s typographical diagram, Claude Lévi-Strauss’ structuralism, Darmstadt School’s serialism.

Closeness and benevolence allowed Sang Bleu to remember several forgotten chapters of French modernism: the most exclusive French historical font, Romain du Roi, was copyleft and all you had to do was having an accurate look at it. A three-hundred-year field of graphical modernity was there, within the reach of your pencil, and you only needed to read Jeanne Veyrin-Forrer’s amazing journey, La lettre et le texte. An essential book about typography–which saves oneself of referring to many blogs–, published in 1987 by the Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles. In a Nouvelle Vague style, the author appears taking a plein-airist pose on the back of the cover.

BP incorporated in his schedule for several years now an evolving section devoted to French typography. Thus, for the headings of this issue, the foundry pushed to the limit two of the key milestones of French modernism. First of all, BP offers an extension of Frutiger’s diagram, planned but not realised back then: an ultra-condensed extra-thin lineal form. Then, an extra-thin linear version of Romain (which is the interpretation by BP of the 18th century Romain du Roi): a sort of epigraphical skeleton stressing the basic structure of the font, which potentially leads to a new lineal. A cluttered, enclosed, completed field? Not at all, this design could fit among the British sans-serifs or the American “gothics” and would stand out of humanist sans-serifs and grotesques. BP knows it: typography has its own agenda, a conservative delusion, in a manner of speaking, or an offbeat modernity, as this project underlines.

François Rappo

Vieille France

Sang Bleu est un projet typographique, lecteur. Pour chaque issue : images et fonte. Qui s’intéresse à la typographie ? — tout le monde ! La typographie est un buzz, est une légende urbaine graphique, tout le monde en sait quelque chose. Sang Bleu, c’est BPfoundry. BPfoundry est vieille France lorsque la France, en typographie comme ailleurs, est moderne mais ne le sait plus. Henri Poincaré, Pierre Bézier, la DS 19, l’usine marémotrice de la Rance, le centre nucléaire de Saclay. Imaginez la synchronie française des années ’50 : le diagramme typographique d’Adrian Frutiger, le structuralisme de Claude Lévi-Strauss, le sérialisme de l’école de Darmstadt.

Proximité et bienveillance ont permis à Sang bleu de se souvenir de plusieurs pages ignorées du modernisme français : que la plus exclusive des fontes historiques françaises le romain du roi était ouvert au copyleft, sans exclusive, et qu’il suffisait d’y aller voir avec un œil précis ; qu’un gisement de trois cents ans de modernité graphique était là, à une portée de dessin, qu’il suffisait pour cela de lire les recherches épatantes de Jeanne Veyrin-Forrer sur la Lettre et le Texte français. Un livre indispensable pour la typographie — qui épargne la visite d’un grand nombre de blogs — édité par l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles en 1987. En quatrième de couverture, on y voit l’auteure, stylé Nouvelle Vague, qui pose en pleinairiste.

BP a intégré dans ses programmes depuis quelques années un volet dédié à la typographie française, qui est évolutif. Ainsi, pour la titraille de ce numéro, la fonderie a poussé à leurs limites deux des jalons du modernisme français. En premier lieu, BP propose une extension du diagramme de Frutiger, prévue mais non réalisée à l’époque : une linéale extra-maigre et ultra-condensée. Puis une version linéaire, extra maigre, du Romain (qui est l’interprétation que BP a éditée du romain du roi, début XVIIIe siècle) : une sorte de squelette épigraphique qui met en avant la structure de base de la fonte, et qui d’ailleurs, potentiellement, propose déjà des pistes pour une nouvelle linéale. Domaine encombré, clos, achevé ? Mais non, ce dessin trouverait sa place entre les sans-sérifs britanniques et les « gothiques » américaines, se démarquerait des sans-sérifs humanistiques et des grotesques. BP le voit bien : la typographie connaît son propre agenda, une déception conservatrice si l’on veut, ou une modernité décalée comme le soulignent encore ces projets.

François Rappo